“Le tableau, c’est le souvenir de la peinture”

la preuve du contraire

Pour  donner corps, présence et durée à ce moment, ce temps de la peinture qu'il a toujours mis au centre de son travail, Laurent Noël évolue aujourd'hui sur un fil tendu entre peinture et écriture, touchant à la dualité de l'intellectuel et du manuel, cherchant à ce que chaque toile soit un fait artistique né de ses gestes d'artisan. Pour représenter ce moment de peindre, il creuse un peu plus encore les recherches de rapports et d'oppositions entre l'encre et la couleur, par de nombreuses interventions, reprises et repentirs dont les traces subsistent, saisies autant dans la transparence de la peinture que dans ses matières, quelquefois à plusieurs années d'intervalle. Chaque acte, chaque réflexion entrent physiquement dans l’image, d’une manière ou d’une autre (écrite, réécrite, peinte, repeinte, dessinée, gravée, retouchée). Par leurs multiples sens, les sous-entendus ou les équivoques, les titres participent également à cette évocation des sensations de la peinture se faisant, tout en laissant le spectateur libre de suivre ses propres pistes. Parfois, des travaux à l'encre seule sur papier ponctuent le parcours comme une nécessité de revenir à la source du geste.